Profitez de -20% aujourd'hui avec BFS20 | Livraison Offerte

0

Votre panier est vide

Signification et histoire de la sirène

janvier 27, 2021

origine-sirenes

Connaissez-vous les sirènes ? Que savez-vous sur leur origine ? Voulez-vous en savoir davantage sur cette créature fantastique ?

Nous nous sommes intéressés aux sirènes pour mieux vous éclairez à ce sujet. Afin de vous donner un avant-goût de l’article, voici un petit apperçu :

Dans le monde de la mythologie et du folklore, les sirènes sont des créatures marines. Depuis le Moyen Âge, l'iconographie les présente avec la tête et le torse d'une femme et la queue d'un poisson. Pourtant dans la mythologie classique elles ont le corps d'un oiseau, et apparaissent dans de nombreux vaisseaux grecs.

Bien d’autres mystères que vous ignorez toujours existent à propos des sirènes. C'est pour cela que nous avons rédigé cet article où vous découvrirez :

  • L’origine des sirènes ;

  • Le charme trompeur de la chanson des sirènes ;

  • L'aventure d'Ulysse. 

Sans plus attendre, commençons l'article dès maintenant !

Caractéristiques physiques de la sirène

Le haut de son corps est une belle femme à la peau soyeuse et au teint bronzé, avec des cheveux verts ou bleus semblables à ceux des algues. Sa partie inférieure est celle d'un poisson avec une queue et des écailles vert argent. Ses formes sont similaires à celles des êtres humains, avec le même poids et la même taille. 

image-sirene

Bien que les sirènes vivent généralement environ 150 ans. Leur régime alimentaire est basé sur les algues, le plancton et les petits poissons. Pour respirer sous la mer, ces êtres utilisent les écailles de leur partie poisson, qui leur permettent de rester plusieurs jours sous l'eau sans avoir à remonter à la surface. En général, elles se caractérisent par le fait qu'elles ont, de la taille vers le bas, y compris les extrémités inférieures, une longue queue de poisson écailleuse et, de la taille vers le haut, un corps humain ; de longs cheveux blonds, des yeux bleus, une peau très blanche et un torse nu ; dont les seins sont discrètement recouverts de leurs longs cheveux lâches.

Il faut également noter que la sirène ne peut presque jamais être vue de face, seulement de loin et toujours de dos, sans montrer son visage. Lorsqu'elle sent que quelqu'un s'approche d'elle pour mieux l'observer, elle a tendance à sauter dans l'eau et à disparaître dans ses profondeurs. Le jour, on la voit généralement assise sur les rochers de la rivière, peignant ou lavant ses longs cheveux et la nuit, jouant de la guitare dans la faible lumière de la pleine lune. 

Études sur l'orgine des sirènes

Il est difficile d'élucider la véritable origine des sirènes. Si l'on laisse de côté les anciennes sirènes en forme de femmes oiseaux, on dit que la première femme poissonnière connue était Atargatis, la déesse de la lune, protectrice de la fertilité et de l'amour. Atargatis, poursuivie par les Mopsos, plongea dans le lac Ascalon avec son fils, et fut sauvée par sa queue de poisson.

la-petite-sirene-sous-ocean

Cette légende se confond avec celle de la déesse syrienne Derceto, qui s'est elle aussi jetée dans les eaux du même lac, après avoir tué un de ses prêtres et abandonné leur fille dans le désert. Derceto a reçu la queue de poisson comme symbole de son péché, et sa fille, élevée par des colombes, est devenue Sémiramis, reine de Babylone. On trouve également une similitude avec les sirènes dans la déesse Aphrodite, fille de Zeus transformé en écume de mer, qui était la déesse de l'amour et la protectrice des marins ; son miroir a été hérité par toute la lignée des sirènes.

Mais pour une bonne partie des sages grecs, les sirènes ont pour père Aqueloo, un fleuve personnifié par la figure d'un homme à la queue de poisson. Quant à la mère, la confusion grandit : elle peut être la déesse de la mémoire, ou une de ses filles, les muses. Les sirènes sont peut-être les filles de l'éloquence, de la danse, de la tragédie ou de la musique. Elles pourraient même être les filles de Ceto, la baleine.

Origine des sirènes

sirene-bleu

Son origine légendaire est incertaine et, d'une certaine manière, elle évoque les Tritons. Certains mythes grecs identifient les Sirènes comme les filles du dieu du fleuve Acheloos et de Mnémosyne, ou de la muse de la danse Terpsichore, ou de Calliope, ou de Stérope, un lointain descendant de Zeus ; d'autres textes les veulent engendrées par quelques gouttes de sang d'Acheloos ou de sa corne cassée, d'autres encore nous donnent une histoire qui justifie, en partie, leur férocité, les désignant comme victimes de châtiments exagérément cruels : Ainsi transformés par Déméter, qui les condamne pour leur incapacité à éviter le viol de sa fille Perséphone par Pluton, ou par les Muses, en gage d'avoir défié dans un concours de chant qu'ils ont perdu. Une autre histoire, également liée à la métamorphose, les voit sanctionnés par Aphrodite pour leur choix de s'éloigner des plaisirs charnels : la déesse les a fait à moitié poissons et les a exilés sur l'île d'Antemoessa (qui signifie fleurie), correspondant probablement à Ischia ou Capri, qui possède sa propre roche dédiée.

*Avant d'aller plus loin, nous aimerions vous présenter cette sublime bague en argent mettant en lumière une sirène des mers :

sirene-de-mer

Parmi les hypothèses fictives, reconnaissant Partenope à une sirène, c'est Naples ou son golfe et ses îles qui ont caché ces herinni du monde, prêts à se manifester quand c'est inévitable. Voir à ce sujet une gravure du XVIIIe siècle avec une sirène Parthénope royale mais toujours ailée, comme celle de la Fontaine de la couronne de Spina ou de Santa Caterina, copie de l'original attribuée au sculpteur Giovanni Merliano da Nola, qui l'a restaurée en 1540 sur ordre du vice-roi Don Pedro de Tolède, et située Via Giuseppina Guacci Nobile à Naples ; ou admirer une autre gravure, plus détaillée, d'un napolitain anonyme qui, encore au XVIIIe siècle, dépeint la région de Paestum complètement à la merci des sirènes. D'autres suppositions veulent que les Sirènes aient élu domicile dans les régions proches du détroit de Messine, plus précisément à Scylla et Charybde, ou sous l'Etna, dans la région proche de Catane, au Cap Posidonio, où l'on vénérait le culte de la Sirène Leucosie, ou à Terina, où l'on vénérait la Sirène Ligea. Il y a aussi un rocher des sirènes dans l'archipel des îles Éoliennes, près de Vulcano...

Ce qui semble certain, parmi tant de théories incertaines, c'est que les Sirènes semblent avoir été créées par un mélange de mythes grecs et nordiques qui ont traversé les peuples qui ont envahi l'Empire romain ; l'extraordinaire Ondine du folklore germanique, à y regarder de plus près, n'a pas grande chose en commun avec les Sirènes (voir Ondine de John William Waterhouse, 1872 ; Dans les vagues, ou Ondine de Paul Gauguin, 1889, Cleveland Museum of Art, USA ; Le Ondine du Campanien - Castellammare di Stabia - mais vénitien presque par adoption - Ettore Tito, 1919, collection privée ; ou celui de la pièce de Jean Giradoux qui mettait également en scène Audrey Hepburn et son mari Mel Ferrer). Dans de nombreuses autres traditions, on peut trouver des personnages qui leur ressemblent, déclinés différemment et aux caractéristiques plus ou moins pacifiques. Ce qui reste, dans chaque récit, temps et culture, c'est le concept qu'elles évoquent, qui nous est parvenu : celui de la duplicité - qui est aussi dans leur queue - partie intégrante de leur mystérieux charme de Dames Noires ; elles sont presque les deux faces d'une même pièce : l'une apollinienne, l'autre dionysiaque...

Le charme trompeur de la chanson des fées

Les sirènes sont très fascinantes avec le corps d'un oiseau ou d'un poisson et le beau visage d'une femme. Elles représentent les dangers de la beauté trompeuse et de l'abandon de la maîtrise de soi. Divinités probablement d'origine orientale ancienne, dans le mythe grec elles font partie du nombre de créatures fantastiques qui symbolisent les dangers de la mer.

queue-de-sirene-bleue

D'Acheloos - divinité fluviale, fils d'Océan, capable de se transformer en êtres fantastiques et terribles - et d'une des neuf Muses, Melpomène - dont ils ont hérité la capacité de chanter des chansons mélodieuses et envoûtantes -, sont nées les Sirènes. Ces sirènes sont : Pisinoe ("celle qui persuade l'esprit"), Aglaope ("à la voix brillante"), Telsiepia ("aux paroles envoûtantes"). Dans les vases de la Grèce antique, elles sont représentées avec le corps d'un oiseau et un beau visage humain🧜🏽‍♀️

A qui s'adresse le chant des Sirènes ? Lorsque la mer est calme et invite au repos, surtout dans les heures chaudes de l'après-midi, le marin se détend et se laisse parfois distraire : c'est alors que se font entendre les Sirènes, dont le chant enchante les marins et les incite à oublier leurs devoirs, à quitter la barre et les rames, jusqu'au naufrage. Leurs visages séduisants et leurs mots charmants sont en fait une dangereuse tromperie, qui peut conduire à la mort.

L'aventure d'Ulysse

Dans le grand répertoire des Grecs, le mythe le plus célèbre mettant en scène les Sirènes est celui de leur rencontre avec Ulysse, racontée par Homère dans l'Odyssée. Dans le douzième livre du poème, Ulysse reçoit une prophétie de la sorcière Circé concernant ses futures rencontres dans les voyages maritimes qu'il doit encore entreprendre. Le premier obstacle sera précisément les Sirènes, "qui les hommes envoûtent tous, qui s'approchent d'eux". Circe suggère à Ulysse la manière de les éviter : couvrir les oreilles des rameurs avec de la cire pour qu'ils ne soient pas envoûtés par le chant prodigieux. 

Au départ de Circé, Ulysse et ses compagnons partent en mer. Mais soudain le calme descend et la mer devient très calme : Ulysse, avant que les Sirènes ne commencent leur chant envoûtant, lie les oreilles de ses compagnons avec de la cire et se fait attacher pieds et mains au mât du navire : désireux de savoir et de défier le destin une fois de plus, Ulysse veut entendre ce chant envoûtant. Alors que ses compagnons rament avec une grande force pour surmonter le danger, les Sirènes appellent Ulysse et l'invitent à rester avec elles.

Le héros lui-même raconte l'aventure dans le palais d'Alcinoo, qui lui a offert l'hospitalité après un naufrage : "Ils ont donc chanté, en modulant leurs belles voix, et puis mon cœur a voulu entendre, et j'ai forcé mes compagnons à se détendre, en faisant des allusions avec mes sourcils ; mais ils ont ramé avec leurs corps perdus. Et aussitôt, Perimède et Euryloque se levèrent, firent de nouveaux nœuds et me serrèrent encore plus fort. Lorsque nous les avons enfin dépassés, et que ni la voix des sirènes ni le chant ne se sont fait entendre, mes fidèles compagnons se sont empressés d'enlever la cire et de me détacher des cordes.

Sirènes anciennes et moderne

Comme Scylla et Charybde, les rochers Simplegadi et les nombreux monstres marins décrits par les anciens poètes, ils représentent les pièges réservés par la mer. Le rôle des Sirènes, cependant, est différent : elles ne veulent pas terroriser le marin, mais le séduire ; elles ne le poussent pas à s'enfuir, mais l'invitent à les suivre. Mais ils sont une tromperie : en ensorcelant l'âme du marin, ils l'induisent en inattention et donc en mort.

dessin-de-sirene-en-couleur

Comme d'autres figures "hybrides" du mythe, par exemple le Sphinx, les Sirènes mettent donc l'homme en face de lui-même et de sa propre capacité à se maîtriser. Ce n'est qu'avec l'intelligence, plutôt qu'avec la force, qu'il peut réussir à passer le test. Les Sirènes, créatures fascinantes, ont eu une grande fortune non seulement dans l'Antiquité classique.

Au Moyen-Âge, lorsqu'ils commençaient à être représentés avec la queue d'un poisson, les chrétiens les interprétaient comme un symbole du plaisir trompeur des biens matériels - comme le faisait Dante dans la Divine Comédie - ou même comme une fausse promesse de paix éternelle, par opposition à la vraie paix chrétienne. Même dans le monde moderne, surtout à l'époque romantique, la figure de la Sirène a exercé sa fascination sur les écrivains : très célèbre est le récit de la Petite Sirène du danois Hans Christian Andersen. Aujourd'hui encore, dans le langage courant, une femme charmante mais dangereuse est appelée une sirène, et ce n'est pas un hasard si l'appareil qui attire l'attention par son son a été également nommé d'après elle.

La sirène : une histoire de mythe et de beauté dangeureuse en costume, culture et arts visuels. 

La sirène, ce doux abandon mais très dangereux et mortel, si bien raconté par Homère dans l'Odyssée, est un personnage de la mythologie classique indiqué comme une femme jeune et prospère dans la partie supérieure du corps et comme un poisson dans la partie inférieure. La queue écailleuse la précède parfois, dans les eaux de la mer, ou indique son passage à un public exclusivement masculin. Et ce n'est pas un hasard, comme nous le verrons....

sirene-de-mer

Au départ, elle était représentée comme une femme-oiseau, comme on peut le voir par exemple dans la belle décoration d'un plat du VIe siècle avant J.-C. qui se trouve aujourd'hui au musée du Louvre à Paris et qui contient également une statue funéraire du Ier siècle avant J.-C, de Myrina ; et voir la statue pentelique en marbre, trouvée à la nécropole de Ceramico (Athènes) et datant du IVe siècle avant J.-C., aujourd'hui conservée au Musée archéologique national d'Athènes, ou une ancienne amphore istrienne en forme de sirène ailée. Très raffinées sont la peinture sur vase du mythe d'Ulysse (British Museum) et, dans des temps moins reculés, l'inquiétante huile sur toile Sirin i Alkonost du Russe Viktor Michajlovič Vasnecov (datée de 1896 et conservée à la galerie Tretyakov de Moscou). Cette personnification à plumes de la Sirène - à ne pas confondre avec la Nike de bon augure - était liée à la Harpie, décidément moins fascinante et tempétueuse, avec un visage féminin et un corps de rapace, et son passage du ciel à l'eau reste complexe, tout comme sa personnalité : ambiguë.

La Sirène est, en fait, double, tant par son apparence que par son caractère : elle attire les marins par son attrait et ses gazouillis cristallins, extraordinaires et envoûtants, les enchantant mais les conduisant ensuite vers les rochers des îles, au naufrage et à la mort certaine. Cette créature n'est presque jamais isolée. Cependant, elle agit plus souvent en petits groupes, comme pour témoigner de combien l'union (féminine) fait la force : une force, dans ce cas, capricieuse et impitoyable qui transforme la grâce en une horrible réalité.

Mythologie liée aux sirènes

Dans la mythologie grecque, les sirènes (pluriel grec : Seirênes) étaient trois dangereuses femmes oiseaux, dépeintes comme séduisantes, qui vivaient sur une île appelée Sirenum Scopuli. Plus tard, les traditions ont identifié la géographie de cette île avec les îlots fleuris d'Anthemoessa, Anthemusa, Cape Pelorum, les îles Sirénusiennes près de Paestum ou Capreae. Tous ces endroits sont entourés de falaises et de rochers. Le mythe des sirènes a occupé l'imagination humaine pendant des siècles dans toutes les parties du monde, étant donné que de nombreux érudits rendent compte de ces êtres ; les qualifiant dans certains cas de réels et dans d'autres de simples légendes utiles pour les narrations des nuits de tertulie.

Selon les différentes traditions, des choses contradictoires sont dites à leur sujet : qu'ils devinent l'avenir, qu'ils contraignent les gens à des pouvoirs surnaturels, qu'avec leurs chants, ils font tomber les hommes amoureux d'eux et les entraînent au fond de la mer pour les dévorer ou les transformer en leurs amants sous-marins. L'idée d'un amour idéal mais fatal et celle d'une beauté féminine inaccessible font toutes deux partie intégrante de leur légende, et à cet égard, il existe des parallèles entre les histoires qui sont racontées à leur sujet et celles qui apparaissent dans la mythologie classique. La sirène, dans le monde de la mythologie et du folklore médiéval, est une créature marine. L'iconographie le présente avec la tête et le torse d'une femme et la queue d'un poisson, bien que dans la mythologie classique il ait eu le corps d'un oiseau, comme il apparaît dans les gravures de nombreux navires grecs.

dessin-sirene-noir-et-blanc

La science officielle n'accepte pas l'existence biologique des sirènes et attribue l'origine de cette légende à des récits possibles de marins qui ont été les premiers à apercevoir des mammifères aquatiques, tels que des lamantins, des vaches de mer et des phoques, bien que dans la civilisation occidentale, des rapports sur leur présence aient continué à être enregistrés jusqu'au 18ème siècle. Actuellement, la marine américaine n'accepte pas la théorie selon laquelle les sirènes existent, mais il y a tellement de preuves qu'elles sont apparues que les sirènes sont peut-être vivantes quelque part mais qu'elles ont peur de sortir car nous pourrions essayer de les chasser pour notre propre bénéfice, mais il ne fait aucun doute qu'elles existent. Pour l'instant, les sirènes continuent d'être un mystère que seuls les océans connaissent. 

Attributs des sirènes. 

Les sirènes peuvent tomber amoureux d'une personne et lui donner toutes leurs attentions et leurs charmes, en lui offrant des prix qui consistent principalement en des ressources hydrobiologiques (poissons). Les sirènes récompensent souvent les pêcheurs qui se soucient de protéger la ressource. Elle est capable de punir ceux qui pêchent trop, sans laisser la ressource se "reposer".

Les sirènes peuvent flatter et tromper leurs victimes pour qu'elles s'enfoncent dans la rivière, provoquant une fascination et un enchantement chez l'homme qui parvient à voir sa beauté, le plongeant dans la nostalgie et la tristesse s'il ne la revoit pas et se sentant attiré par les eaux des rivières et des lacs, où il l'a d'abord observée. Certaines personnes affirment que l'attraction hypnotique. 

Cette attraction fait en sorte que certains hommes finissent par se lever la nuit de leur lit, et se rendent à la source d'eau avec l'idée de s'y jeter, devant être maintes fois contraints de ne pas le faire par leurs proches, qui préfèrent empêcher cela en exigeant du jeune homme qu'il quitte les lieux. Elles osent les séduire sans se soucier du fait qu'elles puissent avoir un mari. Au contraire elles acceptent d'avoir une relation adultère avec la femme, qui dans ce cas se montre également très amoureuse de l'homme, mais bien sûr sans savoir qu'il est un "homme de l'eau", croyant seulement qu'il est un nouveau voisin.

Triton sirène : figure mythologique. 

Le Triton, en tant qu'homologue masculin, est une créature similaire à la sirène qui apparaît dans les mythologies babylonienne, sémitique et pré-grecque. Il a toujours été prédominant, le lien des sirènes avec les femmes, mais on connaît aussi l'existence des "hommes-poissons", que les sources mythologiques désignent sous le nom de "tritones". Ces êtres sont la version masculine des sirènes, avec lesquelles ils sont censés former des liens familiaux forts.

Les documents historiques citent le premier Triton connu sous le nom d'"Oannes" (aussi appelé "Ea"). Il est considéré comme un dieu babylonien à queue de poisson, a été vénéré en 5000 avant J.-C., et dont la statue, découverte en Irak au XIXe siècle, se trouve maintenant au musée du Louvre à Paris. Un autre triton ancien célèbre est "Dagon", le Dieu des Philistins, qui apparaît dans la Bible.

anime-sirene

Les tritons sont attirés par les femmes humaines et aiment les courtiser. Dans certains cas, parce qu'ils sont très amoureux, ils leur rendent visite chez eux. Lors de la visite, ils leurs apportent des cadeaux (surtout du poisson).

Description des sirènes

Les sirènes sont souvent décrites comme étant penchées hors de l'eau, ou assises sur un rocher, peignant leurs longs cheveux blonds d'une main et un miroir dans l'autre ; elles sont considérées comme inaccessibles et belles. Selon les différentes traditions, on dit qu'ils ont des qualités contradictoires : qu'ils prédisent l'avenir, qu'ils contraignent les gens à des pouvoirs surnaturels, qu'avec leurs chants, ils font tomber les hommes amoureux d'eux et les entraînent au fond de la mer pour les dévorer ou les transformer en leurs amants sous-marins. L'idée d'un amour idéal mais fatal et celle d'une beauté féminine inaccessible font toutes deux partie intégrante de leur légende, et à cet égard, il existe des parallèles entre les histoires qui sont racontées à leur sujet et celles qui apparaissent dans la mythologie classique.

Les sirènes avaient une voix d'une immense douceur et musicalité et chantaient chaque fois qu'un navire s'approchait d'elles, de sorte que les marins, enchantés par leurs sons, quand ils ne pouvaient pas les fuir, se jetaient à la mer pour mieux les entendre, périssant irrémédiablement. Dans l'Odyssée d'Homère, des sirènes tentent de séduire Ulysse et son équipage avec leurs chants de sorciers alors qu'ils revenaient de la guerre de Troie ; Platon, dans La République, place huit sirènes dans les sphères qui séparent le monde des espaces célestes ; Ovide, dans La Métamorphose, fait en sorte que ces êtres ailés accompagnent Perséphone dans ses voyages vers l'Hadès. La légende raconte qu'ils étaient des êtres humains dans le passé, mais qu'ils ont été transformés en poisson par des pouvoirs inconnus. 

Leur corps est, dans sa partie supérieure, celui d'une belle femme à la peau bronzée et aux cheveux verdâtres ; son fond est celui d'un poisson avec une queue et des écailles vert argenté avec un teint semblable à celui des êtres humains, avec le même poids et la même taille. Bien que les sirènes vivent généralement environ 150 ans, leurs sociétés sont fortement patriarcales et elles sont installées dans des falaises et des récifs. Ces colonies sont construites avec du corail et des coquillages. Les sirènes sont très coquettes et adorent orner leurs cheveux de corail et de coquillages. Ils remontent généralement à la surface et se couchent sur des rochers pour chanter leurs chansons. Le chant de la sirène est très doux et mélodieux.

Transformation des sirènes

Ces êtres ont hérité d'une spontanéité sauvage de leur père et d'une voix divine de leur mère muse. Dans les textes mycéniens, il y a le mot se-re-mo-ka-ra-a-pi, qui peut signifier "orné de la tête des sirènes". On pensait que le père des sirènes était le dieu de la mer Phorkius, ou qu'ils étaient les enfants d'Aheloi et : soit l'une des muses (Melpomene, ou Terpsichora, ou Calliope), soit Sterope (fille de Porphaeon), soit Gaia, ou Keto.

sirene-bleu

Dans les contes post-homériens, les sirènes étaient représentées comme des servantes ailées ou des femmes avec des queues de poisson, ou des servantes avec des corps et des pattes d'oiseau. Plusieurs légendes expliquent pourquoi ils ont pris cette dernière apparence. Ils étaient les compagnons de Perséphone. Après l'enlèvement de Perséphone, ils errèrent et arrivèrent au pays d'Apollon, où Déméter les fit ailés, car ils n'aidèrent pas Perséphone ; soit les dieux les transformèrent en oiseaux pour qu'ils puissent chercher Perséphone ; soit ils furent transformés en demi-oiseaux par Aphrodite, car ils ne voulaient pas se marier. Soit ils pleuraient l'enlèvement de Perséphone, fuyaient vers le rocher d'Apollon et se transformaient en oiseaux.

Sur les conseils de Hera, ils se sont lancés dans un concours de chant avec les Muses. Les Muses gagnent, arrachent les plumes des sirènes et en font des couronnes, qui servent désormais de décoration de tête aux Muses. Le concours a eu lieu près de la ville d'Apter (Besperes) en Crète. Zeus leur a donné l'île d'Anfemoessa.

La mort des sirènes et interprétations

Les premières mentions de sirènes qui subsistent se trouvent dans L'Odyssée. Ils habitent entre les terres de Circé et de Scylla, sur les rochers de l'île, jonchés des os et de la peau séchée de leurs victimes. A tué de nombreuses personnes dont les os ont blanchi dans la prairie.

Les sirènes chantent des chants enchanteurs pour attirer les passants, qui oublient tout dans le monde et naviguent vers l'île magique pour périr avec leurs navires. Ulysse lui-même n'a évité les sirènes rusées que grâce à l'avertissement de Sircea : il a couvert les oreilles de ses compagnons de cire et il a ordonné de se faire attacher à un mât. Les sirènes étaient prévenues qu'elles seraient détruites si aucun voyageur ne succombait à leurs tentations ; ainsi, lorsque le navire d'Ulysse est passé devant eux, ils se sont jetés à la mer et se sont transformés en falaises, ou ont laissé tomber leurs plumes et se sont noyés. 

Plusieurs interprétations ont été évoquées à cet effet:

  • Selon Sophocle, ils lui ont dit la loi d'Hadès. Dionysos a appelé Sophocle la nouvelle sirène.

Dans l'Antiquité classique, les sirènes chthoniennes sauvages deviennent des sirènes sages à la voix douce, chacune d'elles s'asseyant sur l'une des huit sphères de la déesse Ananke, la fuseau du monde, créant ainsi leur majestueuse harmonie chantante de l'espace. Situé à Hadès. Ils sont également associés à l'harmonie et à Delphes.

  • Selon l'interprétation, il s'agissait d'hétacées, qui se distinguaient par leur jeu d'instruments de musique et par leur voix douce.

Les Sirènes étaient associées aux Harpies et aux Cérès, et étaient même considérées comme des muses d'un autre monde - elles étaient représentées sur des pierres tombales. Ils sont consacrés à la comédie Nikofon et Theopompus "Sirènes". En héraldique, les sirènes sont rarement des emblèmes dans les armoiries, mais sont souvent utilisées comme porte-bouclier. 

Nombre de sirènes.

Selon la description d'Homer, il y avait deux sirènes. Il les raconte en double numéro, mais ne donne pas de noms. Plus tard, trois sirènes ont été appelées, dont les noms étaient Peysinoia, Aglaofa et Telxiepia.

L'un d'eux jouait de la cryptographie, l'autre chantait, le troisième jouait de la flûte. Outre la musique, les sirènes ont hypnotisé les marins par leur regard. Elles ont fini par les séduire par l’hypnose.

D'autres mythes mentionnent les noms des sirènes Parthénope, Ligeia et Leucosia. Dans la ville sud-italienne de Surrente (en Campanie). Il y avait un temple des sirènes, et près de Naples (Parthenope) le tombeau de Parthenope la sirène a été montré.

La déesse de la mer en bijouterie

Suite à la lecture de cet article, vous avez pu vous spécialisé dans l'origine et tout ce qui est en lien avec les sirènes. En quelques mots :

Les sirènes sont des créatures mystérieuses dont l’origine est perçue de diverses manières selon les différentes idéologies et mythologies. Dans le domaine de la culture, le mythe de la sirène s'exprime de nombreuses façons et c'est dans les arts visuels qu'elle semble donner le meilleur d'elle-même. Juste par leur voix, les sirènes sont capables d’hypnotiser les humains.

Si vous aussi vous adoré la beauté des sirènes aux corps féminins, nous vous invitons à découvrir nos plus beaux joyaux de sirènes. Nos bijoux ont été fabriqués à la main pour toutes les personnes passionnées des sirènes et qui voudraient mettre en valeur leur tenues avec un bijou magnifique et unique.

Découvrez notre collection en cliquant sur l'image ci-dessous :

bijoux-de-sirene
blog-bijoux-fantaisie


Laisser un commentaire

N'hésitez pas à partager notre article et nous laisser un commentaire, votre avis nous intéresse.