Profitez de -20% aujourd'hui avec BFS20 | Livraison Offerte

0

Votre panier est vide

Le masque vénitien : origine et histoire

mai 31, 2021

masque-venetien

Connaissez-vous les fameux masques vénitiens ? Vous désirez en savoir plus sur leur origine et leur rôle ?

Nous nous sommes intéressés à ce masque et avons effectué des recherches très intéressantes. Pour vous donner un condensé immédiat de l’article, on dira ceci :

Depuis l'Antiquité, les masques vénitiens ont été utilisés pour dissimuler l'identité de personnes impliquées dans des activités manifestement illégales. Apparus à Venise, ces masques distinctifs étaient faits de papier mâché et somptueusement décorés de fourrures, de tissus, de bijoux et de plumes. Au fil du temps, les masques sont devenus le symbole du Carnevale (Carnaval vénitien), une somptueuse procession ou foire de rue prônant l'hédonisme.

Après la lecture de cet article vous saurez désormais :

  • L’histoire des masques vénitiens ;
  • Les masques vénitiens interdits et autorisés dans l’histoire ;
  • Les masques vénitiens les plus célèbres de l’histoire ;
  • Comment reconnaître les originaux ;
  • Et les conséquences du port des masques par le passé.

    Sans plus tarder rentrons dans le vif du sujet.

    Généralité sur le masque vénitien

    masque-venitien-definition

    Élégant, sophistiqué, vivant, mystérieux, le masque vénitien est le symbole du Carnaval de Venise. Il représente l'essence d'un événement unique au monde. Le carnaval vénitien, tant aimé pour sa joyeuse débridée, est né comme une célébration de l'égalité dans la liberté. En se concentrant sur les classes sociales malgré les normes qui régissent habituellement notre comportement. On la retrouve dans les belles robes vintage et les masques faits main qui ornent les rues vénitiennes (calli) pendant le carnaval.

    Il est bon de rappeler que l'histoire des masques vénitiens remonte à des siècles en arrière. Il était une fois un accessoire très utilisé par les Vénitiens dans leur vie quotidienne, et pas seulement pendant le carnaval ! Pendant une certaine période de la république vénitienne, toute personne se promenant dans Venise pouvait porter un masque sur le visage pour dissimuler son identité. Cela peut être dû à diverses raisons, y compris des raisons qui ne sont pas entièrement bonnes et honnêtes, comme les crimes et l'adultère.

    Finalement, l'utilisation des masques à des fins personnelles a dépassé toutes les limites possibles. C'est pourquoi et la république de Venise les a interdits, sauf pendant la période du carnaval. C'est ainsi que la triade est née : le masque vénitien, le carnaval vénitien, Venise. Il convient également de noter que l'interdiction n'était pas aussi stricte qu'elle paraît. Car à cette époque, le carnaval commençait le jour de la Saint-Étienne et durait jusqu'au début du carême.

    L'histoire des masques vénitiens

    L'histoire des masques vénitiens est étroitement liée aux événements de la ville et de la république de Venise. Le masque est un accessoire essentiel du célèbre Carnaval vénitien et des splendides bals-mascarades de l'époque de Giacomo Casanova. Aussi un protagoniste des scandales, des traditions et des coutumes de la ville. L'histoire de l'origine des masques vénitiens n'était pas à l'origine liée au carnaval.

    Alors que les premières fêtes de rue sont attestées dès l'an 1000, l'utilisation des masques ne remonte qu'entre 1200 et 1400.Une classe d'artisans sur la fabrication des masques vénitiens, appelés "mascareri", est née. Tout le monde ne sait peut-être pas que les visages des Vénitiens étaient autrefois masqués pendant de nombreux mois de l'année. Et ce pour trois raisons principales :

    • Le carnaval commençait habituellement le 26 décembre (avec la fête de Saint-Étienne, c'est-à-dire le lendemain du Noël catholique). Et durait jusqu'au mercredi des Cendres (le jour du début du carême, célébré 46 jours civils avant Pâques).

    • Les masques étaient portés par "précaution" dans les affaires à risque, comme les jeux de hasard. Ou les échanges douteux entre commerçants et contrebandiers ;

    • Celui qui portait un masque "jouait" un certain rôle, n'était pas reconnaissable. Et ne pouvait donc pas être arrêté pour ses actions à la limite de la légalité.

    collier-masque-venitien

      Les masques vénetiens interdits puis autorisés dans l'histoire

      Certaines sphères sociales ont souffert au fil du temps de l'interdiction ou de l'obligation de porter des masques. Dans l'histoire vénitienne, on sait que des lois interdisaient le port d'un masque dans les casinos, la nuit, dans les couvents. Aussi dans les maisons closes (en raison de l'utilisation du masque Nyagi (masque de chat), qui était porté par les hommes se livrant à la prostitution). En même temps, le masque était obligatoire pour les femmes qui allaient au théâtre, mais interdit aux filles non mariées.

      Au fil du temps, le masque n'a été autorisé que pendant le carnaval et lors de banquets spéciaux. C’est pour cela qu’on a son association particulière avec la célèbre fête vénitienne. En 1797, en raison de la chute de la République vénitienne, le masque vénitien a cessé d'exister. Il n'a pas été utilisé à Venise pendant près de 200 ans. Lorsque le carnaval vénitien a repris en 1979 et que l'utilisation des masques est revenue, les boutiques de masques artisanaux ont recommencé à fleurir. C’est bien le signe que la tradition vénitienne n'a pas été oubliée.

      Aujourd'hui encore, en se promenant dans les rues, on peut voir les ateliers traditionnels de vêtements. De masques anciens vénitiens dans lesquels les artisans (mascareri) créent. Vous pouvez désormais vous y essayer à la création de masques en papier mâché, dans des ateliers de création pour adultes et enfants. Par exemple, près de la place Saint-Marc, ou dans un atelier de création. De peinture de masques vénitiens sur l'île de Burano.

      Les masques vénetiens les plus célèbres de l'histoire italienne

      masque-venitien-homme

      Comme nous l'avons dit au début, l'histoire des masques est étroitement liée à la vie vénitienne. Les célèbres masques de la comédie-del'art italienne, les personnages de fiction ou les métiers et professions nobles ont tous été immortalisés dans le carnaval.

      En voici quelques-unes :

      • Le médecin de la peste (medico della peste): En temps de peste, les médecins vénitiens portaient un long manteau noir dissimulant leurs vêtements et un masque à long nez rempli d'herbes désinfectantes pour interrompre la mauvaise odeur, ainsi qu'une longue canne à la main pour examiner les malades sans utiliser leurs mains. Sa silhouette authentique et son profil unique sont devenus plus tard un masque de carnaval vénitien traditionnel ;

      • Bauta (bauta) :C'est le masque vénitien le plus traditionnel, porté par les hommes et les femmes. Il peut être blanc ou orné, mais reste l'un des principaux protagonistes du carnaval vénitien. Dans les temps anciens, le masque bauta, ainsi que le chapeau triangulaire et la cape noire qui dissimulent la figure, garantissaient totalement l'anonymat de la personne.

      • Volto (volto, traduit de l'italien par visage) ou Larve : Egalement connu comme citoyen, répétant l'apparence d'un visage humain.

      masque-venitien-dessin
        • Peste des Dottore : Il était à l'origine utilisé par les médecins traitant les patients atteints de peste. Pour éviter la contagion et ne pas avoir à sentir la puanteur des morts, ils portaient ces masques avec des yeux de verre et un long nez, dans lequel ils introduisaient des mouchoirs et des herbes aromatiques.

        • Masques de carnaval de la comedia del arte : Les représentations théâtrales, acrobatiques et de rue étaient souvent réalisées avec des personnages de la comedia del arte italienne. Dans ce cas, les détails des costumes et des masques transmettaient le caractère exact des personnages. Contrairement aux masques de carnaval classiques, où les masques étaient utilisés à des fins d'anonymat. Les célèbres masques vénitiens du vieux marchand cupide Pantalone et du serviteur à l'esprit vif Arlechino ont survécu jusqu'à nos jours. Ce dernier masque, à l'origine très répandu à Bergame et en France, est devenu l'un des principaux symboles de la comédie vénitienne.

        • Pantalone: Un marchand d'argent qui représentait l'avarice, que l'on peut distinguer par la grimace sur son masque et le nez aquilin, a généralement des couleurs rougeâtres et est le contraire de son éternel rival l'Arlequin.

        • Arlequin :Portant un costume coloré et qui, bien que représentant initialement la naïveté, a fini par jouer le rôle d'un personnage rusé et moqueur qui n'a guère pu sortir de sa misère, ce personnage haut en couleur est reconnaissable grâce à son chapeau de bouffon.

        • Colombina : la servante de Pantalone, follement amoureuse d'Arlequin. Elle représente la femme fatale qui, malgré son innocence, conspire continuellement dans sa réalité. On la reconnaît au simple masque en forme de masque, aux couleurs vives et même orné de plumes.

        masque-venitien-blanc
        • Pierrot :Elle porte l'image du clown triste, avec un masque blanc, des yeux dessinés et une larme qui coule le long de sa joue, souvent comparée au dos déprimé et sensible de l'Arlequin vif.

        • Tabard : Son origine est très ancienne, utilisé avec différentes variations déjà à l'époque romaine et médiévale. Le tabard est un simple manteau, généralement en tissu, qui se double sur les épaules, décoré de froufrous, de franges et d'un nœud de style "militaire". La couleur pouvait varier selon les occasions et était souvent portée par les femmes également.

        • Moretta : Parmi les masques du Carnaval de Venise, le préféré des femmes était le Moretta. Un petit masque ovale en velours foncé, à porter avec un chapeau et des vêtements fins. Il se distingue des autres masques vénitiens traditionnels par le fait qu'il est "muet". Le masque est en fait maintenu sur le visage et comporte un bouton interne dans la bouche. Originaire de France, la Moretta s'est rapidement répandue à Venise car elle était particulièrement adaptée aux traits féminins.

        • Gnaga : Un autre grand classique parmi les masques vénitiens est le Gnaga, utilisé par les hommes pour imiter des figures féminines. Le costume traditionnel des Gnaga comprend des vêtements féminins et un masque aux traits de chat. Pendant les célébrations du Carnaval de Venise, le masque pouvait être complété par un panier sous le bras qui contenait généralement un chaton.

        Au Carnaval de Venise, vous pouvez voir de nombreux types de masques de différentes formes et couleurs. Certains maîtres de mascareri ont également créé un masque ne couvrant qu'une partie du visage et l'ont appelé Colombina, bien que le personnage éponyme de la comédie-del-arte ne porte pas de masque. Ce soi-disant demi-masque est souvent orné d'or, d'argent, de strass et de plumes.

        Comment distinguer le vrai masque vénétien du faux ?

        masque-venitien-differenciation

        Si vous pensez à un beau souvenir de voyage, alors bien sûr un authentique masque de carnaval vénitien est un bon choix. Mais, ce n'est pas aussi simple que ça en a l'air. À Venise, vous trouverez littéralement des centaines de magasins qui vendent de beaux masques colorés et bon marché... à première vue. En fait, un seul regard suffit pour se rendre compte que la qualité de ces masques est médiocre. Que le matériau est généralement en plastique et que vous risquez d'acheter un produit qui ne durera pas longtemps.

        Il est donc utile de connaître les différents signes permettant de reconnaître un authentique masque vénitien. En voici quelques-unes : Un masque de carnaval vénitien original ne se casse pas, car il est fait de papier mâché et de gaze en plusieurs couches. Un masque vénitien authentique a une certaine forme, mais pas aussi rigide qu'un masque en plastique. Vous pouvez donc le presser ou l'étirer légèrement et il reprendra toujours sa forme.

        Une fois sur le visage, il est doux, léger et confortable à porter. Grâce aux matériaux qui le composent, votre visage ne sera pas couvert de sueur au bal masqué vénitien. Avec un masque en plastique, vous pouvez imaginer à quel point cela peut être inconfortabl Il est également possible de reconnaître un masque à son coût : un masque vénitien original ne se vendra jamais à 3 ou 10 euros. Car ces chiffres ne couvriront jamais le coût du matériel et du travail de l'artisan pour créer le masque.

        Les conséquences du port du masque par le passé

        masque-venitien-decoration

        Les masques jouent un rôle social important et rendent égaux tous ceux qui les portent. Un serviteur portant un masque pourrait être pris pour un noble doge, et vice versa. Les inquisiteurs et les espions de l'État pouvaient interroger les habitants d'une ville sans craindre que leur identité ne soit dévoilée. La moralité des gens était renforcée par le port de masques. Ils n'avaient pas de visage, mais ils avaient des voix. Finalement, après avoir apprécié les avantages de la dissimulation de l'identité que confère le port d'un masque, les gens ont commencé à en tirer profit. Ce qui a entraîné la descente finale de la société dans la décadence.

        Avec le temps, le port du masque dans la vie quotidienne a été interdit et limité à certains mois après les années 1100. La conduite de mascarades a été périodiquement interdite par l'Église catholique en particulier les jours fériés. L'église a assoupli ses interdictions et a autorisé le port de masques vénitiens entre Noël et les mardis pénitents. Cette détente a culminé avec le Carnaval, une célébration de 10 jours avant le Carême, qui a signifié que la viande était "retirée" du régime alimentaire des habitants. Bien que le carnaval vénitien ait perdu de sa popularité au cours du siècle des Lumières, la célébration a repris en 1979.  

        Un grand nombre de voyageurs visitant la ville étaient convaincus que la promiscuité était à l'ordre du jour. Les jeux d'argent se déroulaient du matin au soir dans toutes les rues et dans toutes les maisons. Même dans les monastères et les femmes ont commencé à s'habiller de façon plus frivole. Et l'homosexualité, bien que publiquement condamnée, est devenue de plus en plus populaire parmi la foule. Même les moines et les nonnes, habillés à la dernière mode et avec des bijoux importés, portaient des masques. Ils faisaient ce que la plupart de leurs concitoyens non éduqués faisaient. Decouvrez dans cet article la signification des symboles bijoux.

        Notre boutique met en valeur le pendentif à l'effigie du masque vénitien 

        L'origine des masques vénitiens est entourée de mystère. En fait, nous n'avons pas de date précise à laquelle ils ont commencé à produire les masques traditionnels en papier mâché, mais nous avons quelques dates tout aussi importantes. La première, en 1268, est la plus ancienne loi limitant l'utilisation abusive des masques. Le décret interdit le "mattaccini", le jeu des "ova" ou l'art de se déguiser. Et de lancer des œufs remplis d'eau de rose aux dames qui se promènent dans la ville. L'autre date historique est plutôt 1436, l'année où les mascareri ont célébré leur premier statut.

        Dans ces années-là, la production était très intense, surtout grâce au Carnaval, un moment de grandes célébrations dans la République de la Sérénissime. Pendant les semaines consacrées à la fête, en effet, chaque Vénitien pouvait s'échapper de son statut social. De son propre sexe, pour se déguiser et se sentir libre de toutes les règles sociales que la République imposait. La Sérénissime a progressivement commencé à interdire leur utilisation dans les lieux sacrés, dans les "ridotti". Aussi dans les "casini" (lieux où le jeu était autorisé) et les débiteurs se déguisaient souvent pour ne pas être reconnus.

        Nous vous invitons à découvrir notre pendentif en ligne dans la boutique de bijouterie. Pour découvrir ce bijou, il vous suffit de cliquer sur l'image ci-dessous

        pendentif-masque-venitien

        blog-bijoux-fantaisie


        Laisser un commentaire

        N'hésitez pas à partager notre article et nous laisser un commentaire, votre avis nous intéresse.